Categories NYCC Outlander Parade Portrait Press Day Saison 04 The Adventure Show

Journée Presse – Outlander Saison 04

Journée Presse – Outlander Saison 04

Hello les Heuglighans! Sam et Cait ont réalisé plusieurs interview hier dans le cadre de la promo de la saison 4 d'”Outlander“. En attendant de retrouver les interviews, je vous propose de retrouver les diverses photos de cette journée 🙂

Retrouvez également la story instagram de Caitriona, où nous retrouvons notre cher Sam.

De nouvelles photos de Sam ont également été ajoutées, comme un portrait de Cait et Sam pour le magazine Parade de 2017, une photo provenant de “ The Adventure Show” qui a été diffusé en début d’année. Et pour finir une nouvelle photo de Cait et Sam au Comic con de New York 🙂

Categories Inquirer Portrait The Spy Who Dumped Me Traductions

Sam pour Inquirer.net

Sam pour Inquirer.net

Sam Heughan veut aller de Jamie à James-Bond

Par Ruben V.Nepales pour Inquirer.net, traduction par Sam Heughan France.

Los Angeles – Sam Heughan, la Star d’ « Outlander », qui admet qu’il voudrait by jouer James Bond, obtient un peu de pratique dans la comédie d’action « The Spy Who Dumped Me » (« L’espion qui m’a larguée » en France).

Échangeant son costume d’époque de Jamie Fraser contre un élégant smoking, Sam a un look très 007 dans son nouveau film, dont le titre est tiré d’un classique James Bond :  « The Spy Who Loved Me » (« L’Espion qui m’aimait » en version française).

Jouant un charmant agent britannique appelé Sebastian, Sam se retrouve emmêlé avec deux potes de Los Angeles (Mila Kunis et Kate McKinnon) qui sont impliquées dans un jeu d’espionnage.

On retrouve également Justin Theroux et Gillian Anderson dans cette comédie d’espionnage dirigée par Susanna Fogel.

La coqueluche de 38 ans, nous a également parlé de ce qui va arriver dans la saison 04 d’ « Outlander », sa série populaire avec Caitriona Balfe (Claire Randall FRASER) et Tobias Menzies (Jack Randall).

Extraits de notre conversation.

Pouvez-vous nous parler du sex-appeal sur le fait d’être un espion ?

Sam : Evidemment, le film est un clin d’œil aux anciens « James Bond ». Ou alors c’est probablement  plus proche de la franchise « Bourne », en fait, que ce soit le ton et l’action. J’ai toujours voulu jouer James Bond. C’est une partie de l’héritage de chaque acteur britannique.

J’ai lu un super livre à propos de quelqu’un du MI6- Sa vie au sein du MI6 et cette vie voulait dire pour lui. C’est un enjeu élevé, de dangereuses situations.  Nous avons dû rendre ça réel dans ce film, pour que ça colle avec la comédie.

Nous avons une première Docteur Who féminine (Jodie Whittaker) maintenant. Pensez-vous qu’ils feront une James Bond féminine ?

Sam : J’aimerais vraiment voir ça. J’aimerais y prendre part moi-même (rires) mais  s’ils doivent caster quelqu’un, que ce soit une James Bond Féminine.

Vous-pensez que cela est possible ?

Sam : Je pense que c’est faisable, qui sait ce que Eon Production et Barbara Broccoli (les producteurs de la franchise «James Bond ») veulent faire avec ça.

Qui est votre James Bond préféré ? Et si vous aviez cette chance comment l’interpréteriez-vous ?

Sam : C’est dur, mais j’aimais Timothy Dalton parce qu’il était un peu audacieux et sombre.

Sean Connery  était brillant. J’aimais Roger Moore parce que j’aimais son lever de sourcils et l’effet théâtral que cela produisait.

Mais si je devais en choisir un, ça serait probablement Timothy Dalton. Son  «The Living Daylights» («Tuer n’est pas joué» en français) était plus audacieux.

Et qu’est-ce-que je voudrais faire ? J’ai envie de voir un James Bond écossais. J’aimerais voir un jeune James Bond. Voyons les débuts, les origines.

Regardez, James Bond est en quelque sorte un dinosaure non ?

Daniel Craig a commencé à lui donner de la profondeur et peut être nous irons plus loin avec ça.

N’importe qui peut faire de l’action, et c’est vraiment génial. Mais Il doit aussi avoir le sérieux. Il doit aussi avoir le « qui il est et pourquoi il est ce qu’il est ? ».

Pendant que vous tourniez le film, quelle scène vous a donné le plus d’adrénaline ?

Sam : C’était une grande scène d’action dans le Café Sacher à Vienne, où en gros je détruis le café – en tirant au pistolet et en bottant quelques culs.

Mais pour être honnête,  il y a eu un tournage en haut du Berlin Museum. Je me tenais  dans un smoking et nous avions une grande grue de tournage. C’était un de ces moments où vous êtes savez que, c’est un gros film, il y a beaucoup de caméra, sur une grande grue au dehors et nous avions une centaine de figurants.

Je me suis senti très James Bond, très gominé et onéreux.

Pensez-vous que vous seriez un bon espion ?

Sam : Je serais un horrible espion. Premièrement, ils doivent rentrer dans n’importe quel scénario. Les espions sont beaucoup sous couverture, ils vont dans des pays avec des hautes températures, chose pour laquelle je ne suis pas bon.

Pendant que vous faisiez de belles cascades, les femmes bottaient des culs dans le film. Avez-vous aimé voir cette facette féminine ?

Sam : Elles ont botté mon cul (rires).  Entièrement. Pas seulement Mila Kunis et Kate McKinnon mais aussi Susanna Fogel (la réalisatrice), elle est une botteuse de culs. Elle a écrit ce super script avec David Iserson et elle a vraiment dirigé la chose avec un grand humour. Elle était tout le temps calme et en contrôle.

Ceci est une comédie d’action. Comment était-ce de prendre par à une comédie ?

Sam : J’étais terrifié, ou intimidé je dois dire. « Outlander » est une chose et les drames ou le théâtre sont tout ce que j’ai fait.

Être debout opposé à Kate McKinnon du « SNL » ou Mila Kunis était, le premier jour, assez intimidant.

Donc c’était un vrai tournant d’apprentissage pour moi – le monde de la comédie. Il y a  une vraie méthode de travail. Elles lançaient beaucoup d’idées. Elles changeaient constamment le script. Chaque prises étaient différentes avec ces filles.

C’était vraiment fun d’être dans cet environnement, qui est complètement plus libre.

Susanna a créé un environnement libre, permettant à chacun de faire ce en quoi il était bon.

Les prémices du film, suggérés dans le titre, est sur le fait d’être un espion, c’est quasiment impossible d’avoir une relation saine dans votre vie personnelle. Parlez-vous de ça ?

Sam : Sebastian n’a probablement pas assez de temps pour une relation. C’est probablement son travail qui les chiffonne.

Quand vous avez coupé vos cheveux en premier, vous-êtes vous sentis comme Samson perdant son pouvoir ?

Sam : Oh, j’ai perdu mon pouvoir (rires). Peut être. Nous avons un super département perruques (dans « Outlander »).

Oui, c’est plutôt une partie du personnage et bien entendu, en allongeant mes cheveux, c’est une partie de qui est Jamie.

Donc, j’étais nerveux à propos de couper mes cheveux, pour être honnête, parce qui c’est votre style, qui vous êtes.

Parlons de votre prochain film.

Sam : « Bloodshot », que nous allons tourner en Afrique du Sud. J’aime beaucoup cet extraordinaire endroit, c’est superbe. Et Dave Wilson, qui dirige a été très collaboratif et enthousiasmant.

Nous avons un super cast (Vin Diesel, Toby Kebbell & Michael Sheen), donc ça va être cool.

Susanna dit que les membres de l’équipe avait une sœur, une femme ou une petite amie qui voulait vous rencontrer.

Sam : C’est à propos du personnage. Jamie Fraser est comme la licorne des hommes. Pour être honnête, cela est dû à Diana Gabaldon et son œuvre.

Comment vous sentez-vous quand vous vous regardez dans un miroir ?

Sam : Ce n’est pas si séduisant.

Revenons au titre. Qu’avez-vous appris si vous avez été largué ?

Sam : Je suppose que vous sortez grandi de chaque relation, pas vous ?

Avec un peu de chance vous laissez le passé pour trouver quelque chose de plus profond, plus enrichissant et stimulant.

De chaque relation, avec un peu de chance, nous apprenons quelque chose.

Pouvez-vous nous partager une histoire de rencard qui était embarrassant ?

Sam : J’avais un rendez-vous une fois et j’étais supposé d’attendre dehors, au Burger King. J’ai attendu pendant quatre heures. J’avais 16 ans. Je suis allée à sa maison et j’ai parlé avec son père. J’ai appris qu’elle avait attendu au Burger King à l’autre bout de la rue. Donc ça ne pouvait pas aller.

Maintenant, avez-vous du retirer votre chemise pour des scènes ?

Sam : Non. C’est une partie du spectacle.

Les fans d’  « Outlander » décomptes les jours jusqu’à Novembre. Que peuvent-ils attendre dans la saison4 ?

Sam : Nous illustrons l’Amérique à ses débuts. Pour Jamie et Claire, au début, c’est plutôt bon. Nous allons finalement les voir ensembles, s’installant et ayant une vie domestique.

C’est l’Amérique à son commencement, donc c’est une terre d’immigrant. C’est intéressant de voir toutes ces cultures, dans ce grand méli-mélo. L’Ecosse double la Caroline du Nord, où nous tournons.

Le final est notre plus grand pour l’instant. Cela va vous prendre quelques épisodes pour y être, mais sans en dire de trop, nous avons de remarquables Amérindiens.